La Ferme de Gerbaud dans les guides...


Quelques impressions de journalistes...

Detour en France
Dans les 25 hectares de culture de ces alchimistes du goût, 6 hectares de plantes aromatiques communes racontent la Provence : thym, romarin,sauge, origan, sarriette, laurier. Elles ne sont pas rares mais force est de constater que nous ne les utilisons pas toujours à bon escient. La démarche de Paula Chauvin consiste à donner les informations nécessaires pour sortir des cuisines ces plantes médicinales. Les vertus curatives sont réelles. "l'Aïgo boulido" par exemple, soupe à base de sauge autrefois servie le jour de Noël, est utilisée aujourd'hui encore comme remède aux excès de table : « l'aigo boulido sauve la vido ». À vous les secrets des mères provençales quiaccommodaient les soupes comme des potions magiques grâce aux visites guidées «à la découverte de la culture des plantes, leurs propriétés et utilisations».

Parc Naturel Rgional du LUBERON
Se soigner aux herbes de Provence
Si vous pensez que les princesses odorantes de la garrigue se mettent à toutes les sauces, vous vous trompez ! Antiseptiques, analgésiques, reines de la salade.» A la ferme de Gerbaud, les plantes aromatiques ont la santé. Comment utiliser à bon escient une branche de thym, de romarin ou leurs compagnes trop méconnues, sarriette et marjolaine ? Paula sait tout !
Quand son père achète ce petit bout de campagne avant guerre, Paula y passe tous ses étés sans imaginer qu'un jour elle s'instal-lerait sur cette terre stérile. Sans eau, hormis le puits foré à 134 mètres pour alimenter la maison, qu'aurait-elle pu cultiver sinon des herbes aromatiques, si caractéristiques des terres de garrigue ? Ces belles plantes ont en effet la peau dure, et c'est en souffrant, assoiffées par le soleil, qu'elles produisent leurs précieuses huiles essentielles aux vertus médicinales éprouvées depuis l'Antiquité. Suivez donc cette drôle de fermière dans ses champs. Au premier plan, le romarin. Derrière, le lavandin qui secoue ses cheveux bleutés, suivi par la sarriette et la marjolaine que votre hôte vous invite à goûter. Attention, ça pique ! Cultivées sans eau ni pesticides, les herbes ont le goût de leur robustesse sauvage. Campée au milieu du champ, l'intarissable Paula vous révèle les pouvoirs de plantes que l'on croit trop souvent cantonnées à l'enceinte en fonte d'une mijoteuse. Recettes de cuisine, remèdes contre les petits maux, tout s'emmêle dans cette rafraîchissante école buissonnière. Savez-vous pourquoi l'on utilise le célèbre bouquet, garni (thym, romarin, laurier) en cuisine ? Le laurier est antiseptique, les deux autres facilitent la digestion : à l'époque où l'on n'avait pas de réfrigérateur, les trois étaient salutaires à qui se préparait un plat carné. Si avec ça vous n'êtes toujours pas persuadé que la bonne bouffe c'est la santé..
Cuisine de Saison
Charriant des parfums ensorcelants de genêt et de sauge, le mistral balaie les nuages au-dessus de la montagne Sainte-Victoire, le massif chéri des Provençaux, qui protège les coteaux d'Aix de l'air côtier humide. Les hivers froids et secs et les étés brûlants ont fait de ce coin de France une terre rude. Ce qui pousse sur ces sols rocailleux doit savoir se défendre. Ainsi les plantes aromatiques - lavande, thym et origan -, dont le parfum acre et puissant trahit une surproduction d'huiles essentielles. Celles-ci protègent la plante contre l'ardeur du soleil, une propriété que les cultivateurs provençaux de plantes aromatiques exploitent depuis des siècles. Les essences qu'ils en extraient sont avant tout destinées à l'industrie cosmétique, pour la préparation de crèmes, d'huiles parfumées et de savons, dont le plus connu est certainement le savon de Marseille. «Surtout, n'achetez que celui à base de lavande vraie», nous prévient Paula Chauvin qui se consacre à la culture des plantes aromatiques non loin du pittoresque village de Lourmarin et qui sert de délicieuses spécialités à la lavande à ses visiteurs. Egalement appelée lavande officinale, la lavande vraie croît jusqu'à 1800 mètres d'altitude. Son parfum est intense et sa floraison se décline dans toutes les nuances de bleu. Il faut compter 120 kilos de fleurs pour produire un litre d'essence. Avec le lavandin, par contre, une espèce hybride à rendements plus élevés, 50 kilos suffisent.
Vaucluse loisirs
Les aromates, côte jardin
Perdue au fin fond du Luberon, une petite route permet de quitter Lourmarin pour s'aventurer un peu plus dans le pays, vers la ferme de Gerbaud. Un petit panneau en bois brut prolonge !a balade sur un chemin de terre, à travers les champs de lavandin, de thym ou de romarin pour arriver chez Paula ... Le thym, le romarin, la sauge,la sarriette et le lavandin couvrent maintenant des champs entiers, en rangées ordonnées et bien nettes, Et pourtant ces plantes ne bénéficient toujours d'aucune irrigation.... "On ordonne la nature en quelque sorte, puis on fait de la cueillette". Cette culture naturelle met en valeur toute la puissance et la délicatesse des différents arômes que dégagent les plantes...
Le Nouvel Observateur
C'est un vallon secret au pied du Luberon. Un vallon sec et sauvage que n'irrigue aucune source. Au fond, une maison de famille héritée, au milieu des années 1990, propriété de famille de 25 hectares transformée en ferme de plantes aromatiques et médicinales.... La Ferme de Gerbaud pouvait enfin naître.
« Les plantes aromatiques sont très gentilles, elles n'ont pas besoin d'eau. Il suffit de désherber en avril-mai et en septembre-octobre. Le reste du temps, elles poussent toutes seules. Elles ne peuvent développer leurs arômes que quand elles sont soumises à un stress hydrique qui développe leur système de défense contre l'insolation et le manque d'eau. La plante fabrique ainsi son huile pour se protéger du soleil. » ...Convertis à l'agritourisme, chaque jour à 17 heures, et sur rendez-vous, ils initient, durant quatre-vingt-dix minutes en parcourant leurs champs, les visiteurs à toutes les vertus de leurs plantes naturelles....On saura tout sur les subtilités de thym de population, dont chaque pied peut avoir un programme différent, de citron, de verveine, de géranium ou de camphre. Paula est incollable sur les vertus bienfaisantes - sédative, antiseptique, diurétique, bactéricide... - et bien sûr culinaires (ah ! le fromage de chèvre à la sarriette, et les viandes blanches à la sauge !) - de ses plantes.
Ce vallon aux senteurs est un enchantement. Tout y est odorant et sauvage. En fin de visite, vous pourrez vous approvisionner à la boutique en huiles essentielles, sachets de lavandin ou de sauge, pigments colorants végétaux produits artisanalement à la ferme. Les amis apiculteurs ne s'y sont pas trompés. Une cinquantaine de ruches sont dispersées dans le vallon. Il paraît que les abeilles s'y régalent.

La Ferme de Gerbaud - Plantes Aromatiques de Provence - 84160 Lourmarin
France - Tél. 33 (0)490 681 183


creation internet - netabene